Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - La Fondation des Sciences Sociales distingue les travaux du Pr Sacha Bourgeois-Gironde

La Fondation des Sciences Sociales distingue les travaux du Pr Sacha Bourgeois-Gironde

Recherche
La Fondation des Sciences Sociales distingue les travaux du Pr Sacha Bourgeois-Gironde

La 7ème journée des sciences sociales a permis de mettre en avant dix chercheurs de divers horizons, pour leurs travaux de recherche sur le thème Crises de confiance.

Le vendredi 22 novembre s’est tenue la 7ème Journée des sciences sociales, organisée par la Fondation du même nom. En effet, chaque année, cette Fondation propose douze bourses d’appui à la rédaction d’articles inédits, tous axés autour d’un thème de recherche commun. Plusieurs réunions scientifiques communes sont organisées pour permettre un dialogue interdisciplinaire. La journée d’études permet, elle, une restitution publique et didactique de ces recherches inédites, ayant vocation à être publiées.

Cette année, le thème était la confiance. En effet, la confiance en l’institution et en ses émanations (argent, justice, système médical, etc.) constitue indéniablement l’un des piliers de nos sociétés, à tous les niveaux. L’objectif était donc que les chercheurs, issus de disciplines variées (historiens, juristes, économistes, philosophes, etc.) interrogent la relation culturelle, sociale et institutionnelle que chaque citoyen, chaque société et chaque structure construit avec cette notion.

Les débats étaient organisés autour de cinq grands thèmes : Confiance et politique, Confiance et expériences, Confiance et médecine, Confiance et capital social, et enfin, Confiance et relations internationales. C’est à cette occasion que le Pr Sacha BOURGEOIS-GIRONDE a proposé une communication intitulée « Le sourire de ma boulangère. Sur le rôle des expressions faciales dans les transactions monétaires », interrogeant la manière dont notre fabrique biologique interfère avec nos comportements économiques. Il a pu constater, grâce à un protocole scientifique basé sur un jeu d’échange économique dit jeu de la confiance, que quand les émotions et la monnaie coexistent dans une transaction, leurs visées doivent coïncider, pour prévenir tout risque de disruption du mécanisme économique.